A 150 milles du dénouement…

Quelle première étape à rebondissements ! La flotte de la 50ème Solitaire Urgo Le Figaro poursuit sa chevauchée fantastique vers le phare du Fastnet et les côtes irlandaises. Il a fallu composer avec les DST, les dispositifs de séparation de trafic pour les cargos et interdits à la navigation pour les Figaro Bénéteau 3, le trafic dense lors de la traversée de la Manche, la fatigue et les choix tactiques. Car la route est très ouverte et les options multiples.

Depuis la pointe de Bretagne et le grand DST de Ouessant, il a fallu slalomer et tirer des bords. Gildas Morvan à bord de Niji a parfaitement maîtrisé son chemin préférant l’est derrière Armel Le Cléac’h, puis se recentrant pile-poil sur la route directe. Actuellement 37ème, le géant breton sait parfaitement que le classement peut encore changer au regard d’une drôle de situation météo qui se profile à l’horizon. Dans quelques heures, le vent devrait tourner au nord et faiblir. Impossible donc de se fier au classement, il est encore trop tôt !

Les Figaristes sont attendus à partir de jeudi soir dans le joli port de Kinsale. La route est décidément très longue et le début de course laborieux, faute de vent, rallonge les jours et les nuits passés sur l’eau. Encore 24h en mer à la manœuvre et à la tactique pour tenter de couper la ligne d’arrivée avec le meilleur chrono possible car la Solitaire Urgo Le Figaro est une course au temps !

1784 commentaires